Un riche potentiel


Avec un coût de maintenance raisonnable, une transparence à toute épreuve, une charge administrative réduite et une adaptabilité prouvée fave à la fraude, la blockchain est une technologie polyvalente qui a été déployée dans de nombreux secteurs. C'est technologie a aussi l'avantage, et non des moindres, de permettre la gestion des droits de propriété intellectuelle tels que les brevets, les droits d'auteur, les marques, les dessins industriels, et plus encore !



Rappel sur la technologie blockchain

La technologie blockchain permet de créer une base de données partagée qui peut enregistrer et suivre les transactions et les actifs. En théorie, la blockchain pourrait être utilisée pour créer et maintenir n'importe quelle base de données, et comme un seul utilisateur ne la gouverne, il n'existe pas de version centralisée de ce "grand livre". Au lieu de cela, il peut être largement accessible au public ou à de grands groupes, en fonction des autorisations accordées. La chaîne est mise à jour à chaque transaction afin que les utilisateurs puissent prendre connaissance de l'activité chronologique pour cette blockchain particulière. Une fois qu'un élément se trouve dans la base de données, il ne peut pas être supprimé.


Quelles applications potentielles ?

Bien qu'il soit difficile de prévoir toutes les applications potentielles de la blockchain en matière de propriété intellectuelle, on peut considérer certains domaines d'application spécifiques pertinents et qui offrent de nombreuses possibilités au monde de l'art et de la culture.



Gestion des droits de propriété intellectuelle et aux pratiques de commercialisation


De la même façon que la dans le secteur de l'industrie, la blockchain pourrait être utilisée par les inventeurs qui cherchent à trouver des investisseurs potentiels tout en protégeant leurs inventions, la blockchain pourrait être utilisée par des artistes qui cherchent à exposer et commercialiser leurs œuvres tout en les protégeant. En effet, se résoudre à publier son œuvre numérique sur internet revenait auparavant à un total lâcher prise en matière de propriété intellectuelle. Exposer son œuvre certes, mais l'exposer également au risque de vol et de faux. Un artiste n'aura plus se couper de canaux de diffusion qui pourraient valoriser ses créations par manque de protection.


Un artiste peut désormais protéger ses créations grâce au certificat numérique et les exposer sans crainte. Il s'agit d'une façon totalement transparente de gardez le contrôle de ses œuvres en faisant valoir ses droits d’auteur.


Un registre de propriété intellectuelle


La technologie de la blockchain peut également servir de registre de propriété intellectuelle, où les titulaires de propriété intellectuelle peuvent conserver des certificats numériques hachés de et par exemple utiliser la plateforme pour obtenir des royalties de ceux qui utilisent leurs créations et inventions à l'aide de "smart contracts".


Les délais d'approbation des agences de brevets et autres organismes de réglementation sont souvent très longs. Ce délai peut entraver l'avantage du premier arrivé dans de nombreuses industries où les titulaires doivent agir rapidement pour protéger leurs inventions et rester en meilleure position. En remplaçant les systèmes d'enregistrement centralisés par des systèmes décentralisés, il sera plus facile d'enregistrer une nouvelle propriété intellectuelle, de mettre à jour les dossiers et de transférer la propriété à tout moment. Grâce à la blockchain, les organismes de réglementation seront en mesure d'accomplir davantage avec moins de ressources.


Cette application est évidemment valable pour les supports de création et donc tous les arts : texte, image, photo, 3D, son, vidéo. Toutes les créations peuvent être protégées pour faire découvrir votre univers au plus grand nombre. C'est également valable pour les ébauches qui peuvent être protégées comme le sont les œuvres finalisées.

Revendiquer l'origine des oeuvres


La blockchain peut donc être utilisée pour cataloguer et stocker des œuvres originales. Il est très fréquent que les auteurs ne disposent pas de moyens adéquats pour cataloguer leurs œuvres et la propriété des droits d'auteur n'est pas chose aisée à prouver. Il peut également être difficile pour les auteurs de voir qui utilise leur travail, comme il est tout aussi difficile pour les "utilisateurs" de savoir à qui demander une licence. En conséquence, les auteurs sont souvent incapables de mettre fin aux infractions ou de monétiser leurs œuvres avec succès. Avec la blockchain, les droits d'auteur n'ont pas besoin d'être enregistrés et peuvent naître automatiquement lors de la création d'un NFT.


Le problème majeur de la gestion des droits de propriété intellectuelle qui est le traçage d'une chaîne complète de propriété est donc résolu par le certificat numérique. Sans ce dernier, une fois que l'œuvre est téléchargée sur l'internet, il devient difficile, voire impossible de garder le contrôle de cette œuvre et de surveiller qui l'utilise et dans quel but. Le certificat numérique établit un lien indéfectible entre l'œuvre et son créateur !

© Crédit photo

Photo par SIMON LEE sur Unsplash

Photo par Milad Fakurian sur Unsplash