Un marché très jeune


Le tout premier NFT a vu le jour en 2014, cependant, il aura fallu attendre les années 2020-2021 pour assister à une réelle explosion de ces jetons.


Ce sont en effet tous les domaines de l'art qui ont été impactés par cette révolution, tant le dessin, que la peinture, que la sculpture ou même la musique. Avec des croissances se comptant à 5 chiffres, le marché suivait un rythme effréné durant l'année 2021.


Des œuvres y ont été vendues pour des sommes se comptant en dizaine de millions de dollars, c'est donc dire l'engouement qu'il y a pu y avoir autour de ces jetons !


Malgré son jeune âge, le marché repose sur un principe que l'on connaît qui est celui de la blockchain. Popularisée avec le Bitcoin, ce système de registre permet de garantir une part de sécurité lors d'un échange. Infalsifiable car décentralisée, la blockchain permet dans le cadre des NFT de certifier ou non la propriété d'une œuvre par une personne.


C'est par ailleurs cette propriété (et non l’œuvre) qui est échangée lors d'une transaction NFT. D'où l'intérêt que peut avoir ces jetons pour le secteur de l'art. Les œuvres restent inchangées, mais les titre de propriétés, eux, changent.


Plateforme Art Culture vous propose un tour d'horizon des différents marchés NFT existant aujourd'hui, et quels implications ces jetons non fongibles (que l'on adore traduire) vont avoir dans les différents secteurs de l'art.